mercredi 11 novembre 2009

UNE ORIENTATION DE PREMIERE IMPORTANCE !

Les résultats aux concours le prouvent, l'orientation scolaire des candidats est déterminante dans l'accession aux écoles.de journalismes reconnues par la profession. "Au CFJ comme à l’ESJ plus de la moitié des élèves ont suivi une classe préparatoire" et "la part des diplômés d’IEP oscille entre 38 % et 50 % dans les trois formations précitées (ndlr: CFJ, ESJ, CUEJ)" (Source: enquête de Géraud Lafarge, IUT de Lannion (CNRS, université de Rennes 1) et Dominique Marchetti, CNRS, université de Paris 1, Ici, l'enquête). Si on ajoute IEP et classes préparatoires (en ignorant le fait que certains étudiant d'IEP ont aussi fait une classe prépa), on arrive à 78%  des effectifs... Ces résultats concernent ces seules trois écoles qui recrutent le plus massivement des étudiants issus de ces institutions. Mais ne vous réjouissez pas trop vite, les moyennes sur l'ensemble des écoles reconnues sont presque aussi éloquentes: 1/3 des élèves ont suivi une prépa et 1/4 un IEP. Même calcul et on obtient 58% des effectifs ! A prendre en compte donc dans le choix de son orientation pour devenir journaliste. L'enquête d'envoyé spécial du 5 novembre 2009 vous donnera une idée de ce qu'est une prépa.
Les IUT de Lannion et Tours sont moins discriminants à l'entrée du fait de leur recrutement directement après le Bac.
Toujours d'après la même enquête, les littéraires ne sont pas particulièrement bien placés à l'arrivée:
Les cursus des études supérieures démontrent que ce sont aujourd’hui moins les études littéraires et philosophiques (9 %) que l’histoire (21 %), l’informationcommunication (13%) et surtout la science politique (30 %) qui favorisent l’accès aux écoles de journalisme. Le passage par cette dernière discipline fait en effet désormais figure de « voie royale », son poids croissant indiquant entre autres que les écoles forment des étudiants essentiellement destinés à travailler pour des médias grand public d’information générale et politique.
 Un petit calcul encore et il reste 25% de prépa et 2% autres ? Même si l'étude ne précise pas ces chiffres, il est flagrant que les études suivies avant les concours ont un impact important sur la réussite. Les auteurs de l'enquête continue leur cheminement en dressant un parallèle entre fréquentation IEP/prépa et origine sociale et arrivent à la conclusion que les candidats victorieux proviennent  majoritairement d'un milieu social (très) favorisé. Mais cela fera l'objet d'un autre billet.

Une petite vidéo sympathique sur les prépas pour vous donner envie d'y aller...





Si l'orientation est si importante pour intégrer les écoles de journalisme, n'est-il pas du devoir des spécialistes de l'orientation de diriger les aspirants journalistes dans la voie la plus privilégiée ? A l'exemple du site Imagine ton futur qui explique clairement la voie à suivre. les conseillers d'orientation répondent toujours de la même façon aux questions qui leur sont posées sur la voie à suivre:
Après le bac, tu peux envisager une classe prépa littéraire, des études de lettres modernes, histoire, intégrer après réussite au concours un institut d’études politiques avant de passer les concours d’entrée d’école de journalisme.
Si tu as d’autres questions d’orientation, nous restons à ta disposition. Pierre, conseiller d’orientation psychologue.
Mais tous les spécialistes ne recommandent pas forcément cette voie. Par exemple, "Le guides des métiers et compétences 2008-2009" de l'éditeur idecom consacre deux pages au métier de journaliste sans conseiller jamais de passer  par telle ou telle orientation. Il précise bien sûr que la sélection est rude et qu'il est possible de passer les concours à Bac, +1, +2, +3, sans plus de détails, (de plus,  la pigiste prise en exemple travaille pour un magazine de mode.) Le danger de ce genre de fiche d'orientation est de laisser croire au lycéen qu'ils peuvent étudier à l'université puis passer les concours. C'est ce qu'il m'est arrivée en me basant sur les fiches du CIO !
Viennent ensuite les remords quand on sait qu'on aurait été capable d'entrer dans une prépa ou un IEP et qu'on aurait pu avoir ce _#~~'(&& de concours. Le risque en sortant du bac, c'est d'avoir ras la casquette des cours et certainement pas envie d'entrer dans un établissement où il faudra travailler 10 fois plus. Mais, encore une fois, à méditer en toute connaissance de cause: Lisez L'enquête de Géraud Lafarge et Dominique Marchetti.

Pour finir, si de toute façon, vous ne voulez pas suivre la formation d'une école de journalisme parce qu'elle formate les journalistes, que les rédactions prennent de plus en plus de non diplômés pour les payer moins etc... Alors, je dirais que votre orientation devrait aboutir à deux choses: avoir une importante culture générale (pour comprendre de façon générale ce qu'il se passe autour de vous et ne pas dire des énormités dans vos articles) et avoir une connaissance précise d'un secteur pour en devenir Le spécialiste et devenir indispensable à tous ceux qui traitent de la question. Conseils que je reprends de Marc Laimé, lui même journaliste (voir billet du même nom).

6 commentaires:

  1. Salut Taïna, article très intéressant. Deux petites remarques toutefois :

    -Tes 2 vidéos sur la prépa concernent des prépas scientifiques, rien à voir ac les prépas littéraires (celles par lesquelles sont passés, ds les chiffres, pas mal d'étudiants en école de journalisme). J'avais vu le reportage d'envoyé spécial, et je ne m'y suis qu'à moitié reconnue. En prépa littéraire, il y a moins de par coeur (le côté "formules/définitions" des matheux) et plus de réflexion qu'en prépa scientifique. Donc qd tu dis sur un ton ironique, juste avant la vidéo sur les prépas S "pr vs donner envie d'y aller", attention à l'amalgame, cette vidéo (qui certes ne donne pas envie) concerne les prépas S et non les prépas L. Fanny, Sandra et moi (et bcp de gens q je connais qui ont fait HK/KH) ne regrettons en rien l'expérience de la prépa, et ns la conseillerions, je pense, à n'importe quel littéraire désireux d'apprendre, de se cultiver et de travailler.

    - " Viennent ensuite les remords quand on sait qu'on aurait été capable d'entrer dans une prépa ou un IEP et qu'on aurait pu avoir ce _#~~'(&& de concours "
    J'en connais 3 qui ont fait prépa et n'ont, à ce jour, tjs pas de concours en poche ! Comme quoi, ça ne va pas forcément de pair.
    Le principal pr avoir un concours, qu'on vienne d'IEP, de prépa, ou d'ailleurs, m'est avis q c'est de le PREPARER ! (cf Fabien qui n'a fait ni HK/KH ni IEP) Bien-sûr, certains cursus (IEP, prépa concours...) aident à préparer les concours, et certaines personnes ont plus de facilités q d'autres et ont un concours du 1er coup, alors q d'autres pas. Là encore, on n'est pas tous égaux. Bref, c'est un autre sujet...
    Mais si tu demandes à n'importe quel gars venant d'IEP pk à son avis il a eu le concours, il te dira q le principal réside ds la préparation, le travail, les stages etc effectués pr ce concours et son oral.
    NE DESESPERONS PAS DONC ! A force de travail et de persévérance tt est possible !

    RépondreSupprimer
  2. Juste comme ça : je n'ai jamais fait la moindre prépa.

    J'ai passé un Bac ES, la voix "poubelle", selon certains.

    Puis une Licence d'Histoire, sans débouchés, encore selon certains.

    Je suis aujourd'hui à l'école de journalisme de Toulouse, l'une des 12 reconnues.

    Si j'ai passé le bac ES et si je suis parti en fac d'Histoire, c'est parce que je voulais devenir journaliste et que je me suis RENSEIGNE. Quand on veut faire quelque chose qu'on aime, quand on a la passion du journalisme, on se renseigne soi même.

    Fabien

    RépondreSupprimer
  3. ps : les études des soi disants spécialistes doivent probablement se porter sur les écoles parisiennes + Lille. Dommage que pour beaucoup, école de journalisme reconnue = 4 écoles. Il y en a 12, je le rappelle, juste comme ça...

    RépondreSupprimer
  4. Je trouve ton ton un peu agressif Fabien, Taïna lance juste une discussion et une réflexion intéressantes. Comme je disais plus haut, il est clair que la clé pr obtenir un concours c'est la préparation, le travail personnel, il n'empêche q statistiquement (c'est prouvé, ni Taïna ni les "soi-disant spécialistes" ne l'ont inventé) un nombre considérable d'étudiants en école (à Lille, Marseille ou whatever) vient d'IEP ou a fait une prépa. Ca veut quand même dire qu'avoir fait un IEP, ou une prépa, te donne un "bagage" qui aide pr les concours, donc pourquoi ne pas conseiller à un lycéen apprenti journaliste motivé d'en passer par là si ça le branche?

    RépondreSupprimer
  5. Fabien t'oublierais pas un petit truc là dans ton parcours ?
    Il me semble que si t'as fait l'EFAP c'était aussi parce que ça te permettait de te préparer aux concours non ?

    RépondreSupprimer