dimanche 21 février 2010

HEUREUSEMENT QU'IL Y A CARLA BRRRUNI... (suite)

La chanson de Simone Cristicchi fait écho à celle ci-dessous, un hymne pour la campagne deu PDL de silvio Berlusconni


Presque aussi bien que "tous ceux qui veulent changer le monde" de l'UMP, il manque juste un coucou de S. Berlusconi. 

HEUREUSEMENT QU'IL Y A CARLA BRRRUNI...

Simone Cristicchi a chanté hier "Meno male" au festival de Sanremo (Italie). Un texte rock dénonçant l'habitude des médias de parler un peu trop "people" au lieu de s'intéresser aux problèmes de la société. Si la chanson s'adresse au système italien, rien ne nous empêche nous aussi de méditer un peu là-dessus. Pour mémoire:

Bon évidemment c'est un peu extrême comme exemple puisque la photo a été publiée dans Paris-Match. Mais tout de même, il faut rester vigilant.

Ici, la vidéo du PDL Meno male che c'è Silvio

Voici la chanson (que j'aime beaucoup aussi pour le rythme)



la traduction italienne à lire en écoutant:
Testo Simone Cristicchi ”Meno male” Sanremo 2010

In questa sezione sarà presente il testo Simone Cristicchi ”Meno male” del festival di Sanremo 2010. Di seguito il testo di Simone Cristicchi ”Meno male”
La gente non ha voglia di pensare cose negative
La gente vuol godersi in pace le vacanze estive
Ci siamo rotti il pacco di sentire che va tutto male
Della valanga di brutte notizie al telegiornale
C’è – l’Italia paese di Santi
Pochi idraulici e troppe badanti
C’è – l’Italia paese della Libertè
Egalitè e del Gioca Giuè!
C’è – l’Italia s’è desta ma
Dipende dai punti di vista
C’è la crisi mondiale che avanza
E i terremoti ancora in vacanza 

Simone Cristicchi
Ma meno male che c’è Carla Bruni
Siamo fatti così – Sarkonò Sarkosì
Che bella Carla Bruni
Se si parla di te il problema non c’è
Io rido… io rido…
Ambarabaciccicoccò soldi e coca sul comò!
C’è l’Italia dei video ricatti
C’è la nonna coi seni rifatti
E vissero tutti felici e contenti
Ma disinformati sui fatti
Osama è ancora latitante
L’ho visto ieri al ristorante!
Lo so che voi non mi credete
Se sbaglio mi corigete

Ma meno male che c’è Carla Bruni
Siamo fatti così – Sarkonò Sarkosì
Che bella Carla Bruni
Se si parla di te il problema non c’è
Io rido… io rido…
La verità è come il vetro
Che è trasparente se non è appannato
Per nascondere quello che c’è dietro
Basta aprire bocca e dargli fiato!
…Carla Bruni… Carla Bruni…
Ma meno male che c’è Carla Bruni
Siamo fatti così – Sarkonò Sarkosì
Che bella Carla Bruni
Se si parla di te il problema non c’è
Io me la prendo con qualcuno
Tu te la prendi con qualcuno
Lui se la prendi con qualcuno
E sbatte la testa contro il muro
Io me la prendo con qualcuno
Tu te la prendi con qualcuno
Lui se la prendi con qualcuno
Noi ce la prendiamo…


et celle en Français qui vient de Salamone, un lecteur du Post.fr/ et sur laquelle j'ai modifié quelques mots pour garder le sens le plus exacte possible de texte, quitte à ce que ce soit moins "musical"

"Heureusement" (Meno Male)


Les gens n’ont pas envie de penser à des choses choses négatives
Les gens veulent vivre en paix des vacances d’été
Nous sommes mal en point d’entendre dire que tout va mal
De l’avalanche d’informations affreuse dans le journal télé
Il y a L’Italie pays des Saints
Peu de plombiers mais beaucoup d’aides est-ce bien
Il y a L’Italie pays de la Liberté
Egalité à "jacques à dit" !
Il y a L’Italie qui s’éveille mais là
Cela dépend des points de vue parfois
Il y a la crise mondiale qui avance
et les tremblements de terre encore en vacances (à haïti !)

Mais heureusement qu’il y a Carla Bruni
Nous sommes ainsi Sarkono Sarkosi
Qu’elle est belle Carla Bruni
Et si on parle de toi il n' y a plus de problèmes
Je ris je ris
Ambarabà Cicci Cocco liasses et coke sur l’armoire

Il y a L’Italie des vidéos chanteurs
Il y a la grand-mère les seins refaits
Et viveront tous heureux et contents
Mais mal informés sur les faits
Osama est toujours absent
Je l’ai vu hier au restaurant
Je sais que vous ne me croyez pas
Et si je me trompe corrigez moi

Heureusement qu’il y a Carla Bruni
Nous sommes ainsi Sarkono-Sarkosi
Qu’elle est belle Carla Bruni
Et si on parle de toi il n'y a plus de problème
je ris je ris

La vérité c’est comme le verre
Qui est transparent s’il n’est pas assombri
Et pour cacher ce qu’il y a derrière
Il suffit d'ouvrir la bouche le souffle lui rend la vie!
Carla Bruni… Carla Bruni
Heureusement qu’il y a Carla Bruni
Nous sommes ainsi Sarkono-Sarkosi
Qu’elle est belle Carla Bruni
Et si on parle de toi il n'y a plus de problème
Je m’en prends à quelqu’un
Toi tu t’en prends à quelqu’un
Lui il s’en prend à quelqu’un
On se frappe la tête contre le mur
Je m’en prends à quelqu’un
Toi tu t’en prends à quelqu’un
Lui il s’en prend à quelqu’un
Nous-nous la prenons... (sous entendu dans le cul, nel culo)

En gros, on se fait avoir par les images de la belle au lieu e prendre conscience que le plus important est ailleurs.

Pour terminer le lien vers un site italien sur le chanteur http://www.cristicchiblog.net/

vendredi 19 février 2010

LE REPORTAGE D'INVESTIGATION EXISTE ENCORE...

Pour preuve ce reportage de Linda Bendali sur les appareils electro-ménagers.
Le sujet ne paye pas de mine. Des reportages sur les dépanneurs incompétents on en a déjà vu à la pelle. Des constats sur le temps de vie réduit des machines à laver aussi. Pourtant ce reportage est captivant. Pourquoi ? Parce que Linda Bendali s'est posée les bonnes questions: Pourquoi ces réparateurs semblent incompétents ? Pourquoi nos appareils électro-ménagers sont de moins en moins viables ? et comment? 
Elle n'en est pas restée sur le : Les entreprises veulent faire plus de profits, les réparateurs veulent engranger la monnaie... là où beaucoup de reportages stagnent. Pour faire un reportage d'investigation, il ne suffit pas de décrire les faits, il faut aussi leur trouver une explication. A force de détermination dans son travail, la journaliste à mis au jour une pratique qui contente tous les acteurs de la vente sauf les clients. Six mois ont été nécessaires pour faire ce document, et quand on voit le résultat, on comprend que le temps n'est pas un luxe dans le monde du journalisme !

Ici le reportage

En sortant du reportage de Linda Bendali, on se sent vraiment, plus intelligents et ça fait du bien :-)

vendredi 5 février 2010

3 EN 1

Pour ceux qu n'étaient pas encore persuadés que les cameraman-rédacteur-preneur de son ne pouvaient être qu'une même et seule personne voici la preuve en image:
 
(image extraite des news du grand journal de canal+)
Bon c'est vrai, ce n'est pas prouvé que cette jeune personne a rédigé son interview (et le plan de montage) elle-même. Il n'empêche que la tendance dans les rédactions,  est au 3 en 1. La théorie de la division du travail de Durkheim serait-elle en train de tomber en miette ?
La division du travail permet de diversifier la production. Au lieu d'avoir chacun produisant ce dont il a besoin, chacun produit "ce qu'il sait faire de mieux" et récolte ce dont il a besoin chez les autres (selon certaines conditions de rétribution etc.). de ce fait, il a un choix beaucoup plus important de produits. Il ne pourrait pas lui même produire tous ces objets qu'il obtient des autres.
Dans le monde du journalisme c'est pareil. Une rédaction fait travailler un caméraman, un rédacteur et un preneur de son pour obtenir trois produits différents: une video, le son de celle-ci et "une histoire" ("un fil conducteur"). Les trois sont indispensables pour obtenir au final une video d'information. Sans le son, sans l'image, on n'a pas toute l'information voire on est pas capable de la comprendre. Sans "histoire", l'information peut de même être incomprise, inintéressante, à l'état de données pures.
Avant la télé, il y avait la radio: juste le son, et le journal: juste le texte (et les photos auquel cas un photographe était mis à la tâche). Depuis la télé, le travail de journaliste est beaucoup plus divisé, l'offre en  est plus diversifiée. Jusque là tout semble normal. Alors pourquoi vouloir revenir en arrière, en demandant à trois personnes de n'en faire plus qu'une ! Si c'était possible, est ce que ça ne se serait pas fait naturellement dès le départ (de l'arrivée de la télé)? 
Encore si le fait de faire  trois activités différentes valait l'équivalent de trois salaires... mais évidemment, ce n'est pas le cas (trop tard ce soir pour ajouter des preuves de ce que je dis à l'attention de ceux qui seraient en désaccord avec ce fait). Souvent un caméraman est recruté pour faire son boulot, et celui d'un journaliste  et le plan de montage. Si vous voulez trouver du boulot faite donc une formation de caméraman, vous bosserez comme un dingue pour peu mais au moins vous aurez le job.
Le but de ce "regroupement" du travail est de faire des économies. tant pis pour la qualité et le professionnalisme du produit. Et tant pis pour les deux personnes qui n'ont pas été recrutées.
D'une video d'information vite fait bien fait à trois personnes, on se retrouve avec une personne qui fait vite (parce qu'elle a rarement le choix) mais beaucoup moins bien... Est ce que les rédaction s'en rendent compte ? est-ce que les rédactions sont au courant que la qualité de leurs informations en prend forcément un coup en utilisant la méthode 3 en 1 ? Est-ce qu'elles s'en fichent ?