lundi 16 décembre 2013

Les journalistes tirent les ficelles

Dans le numéro de décembre de TGV magazine (n°160), Sarah Lemelle interview Romain Duris. L'acteur a un gros à priori (légitime ?) sur le métier de journaliste. L'auteur de l'article a décidé d'en rendre compte et d'éviter de s'inscrire dans la lignée des journalistes qui auraient déformé les propos de la star.

Dans quelle mesure, le journaliste doit-il expliquer à son interviewé l'utilisation qui sera faite de ses propos ? Combien d'interviewés savent qu'un journaliste a pour habitude de reformuler les questions pour son article et de modifier l'ordre des réponses ? Combien savent que le but de ces reformulations est de produire un texte lisible et intéressant et non pas de trahir la pensée de l'interviewé ? Combien de journalistes trahissent intentionnellement ou non les réponses données ?

Morceaux choisis 

Quelle sorte de « talent » faut-il pour vous interviewer ?
Sans vouloir vous mettre la pression, je trouve, en général, les interviews mal écrites. Je ne sais pas si l'exercice est particulièrement difficile —je ne l'ai jamais pratiqué —, mais souvent le résultat est limite. Je ne reconnais que trop rarement mes propos dans la retranscription. 

Et aujourd'hui, avec l'expérience, comment ça se passe ? 
Je connais vos ficelles, à vous, journalistes... J'essaie d'ouvrir un peu la porte quand j'ai envie de me dévoiler, et je la referme quand il faut.

Alors pourquoi avoir demandé à relire cette interview avant sa parution ? Par peur ?
Quand je trouve, dans une interview, une phrase que je n'ai pas dite ou qui a été transformée, que puis-je y faire ? On répond à des questions précises que les journalistes ne retranscrivent pas forcément, et on se retrouve à avoir l'air ridicule... Voilà, ce n'est pas plus grave que ça. Mais je ne voudrais pas que les voyageurs du TGV soient dupés !

mercredi 20 novembre 2013

Le journalisme peut être court et poétique

Depuis peu, le livre de Baptiste est dans les bacs.
Et non ! Ce n'est pas un copié-collé du site.
Alors voilà, Tweeter m'a amené sur ce site http://www.alorsvoila.com, C'était un piège ! Depuis trois jours, je ne peux m'empêcher de passer chaque instant libre à parcourir les posts de BB alias Baptiste, interne (docteur maintenant). Il y raconte des anecdotes sur son métier de soignant. Surtout, il montre la réalité d'une profession mal connue. Encore plus important, il dévoile l'humanité qui y opère. Parfois c'est beau, parfois c'est drôle, parfois c'est triste, parfois c'est salaud.

Ce gars, il écrit VRAIMENT bien. Ce n'est pas du journalisme mais ça pourrait. Des journaux ne se sont pas privés : Huffington Post

Chaque article a une attaque et une chute. Chaque article va à l'essentiel. Il n'y a pas un mot de trop, comme on dit il n'y a pas de gras. On devrait faire un régime à base d'alors voilà.
Il y a les choses vues. Chaque patient a sa personnalité, on les imagine. On est avec eux dans l'hôpital. C'est la première fois que je suis contente d'être à l'hôpital. Le style est court et dynamique. Il est aussi poétique. Depuis quand un médecin écrit aussi bien ?


La réponse du mercredi : Qui est-ce ?

Qui est Tersicoccus phoenicis ?

(Crédit: NASA/JPL-Caltech)

C'est une nouvelle bactérie, nouvelle espèce, nouveau genre, découverte par des chercheurs dans deux salles d'assemblage d'équipements spatiaux (satellites, fusées). Au centre spatial Kennedy en Floride ainsi qu'à Kourou, centre spatial de l'ESA (agence spatiale européenne) en Guyane. Ces salles font l'objet d'un protocole d'hygiène drastique afin d'éviter que les astronomes soient contaminés en vol. Il s'agit aussi d'éviter la contamination de l'Espace et des échantillons ramenés sur Terre. Tersicoccus Phoenicis n'a pour l'instant était observée nulle part ailleurs. C'est le milieu très pauvres en bactéries de ces salles qui a permis de la mettre en évidence. Elle mesure 0,001 mm et a besoin de très peu de nutriment pour vivre. Les chercheurs l'étudient avec attention afin d'améliorer les protocoles d'hygiènes des agences spatiales.

+ d'infos :



lundi 18 novembre 2013

L'actu du lundi : Qui est-ce ?

Qui est Tersicoccus phoenicis ? Indice, elle a la forme d’une baie.
J'attends vos réponses (désespérément) dans les com'. Je lève le mystère mercredi à 8h.

mercredi 13 novembre 2013

La réponse du mercredi : Fossile


Un très vieux fossile d'insectes a été découvert récemment. Ces derniers étaient très occupés.
Que faisaient-ils ? De quels insectes s'agit-il ? Où a-t-on retrouvé le fossile ?  Que nous apprend-il ?
Image credit: Li S et al.
image artistique Image credit: Li S et al.


C'est un fossile d'environ 165 millions d'années qui a été retrouvé à Daohugou, un village du nord-est de la Chine. Il bat le record du plus ancien fossile emprisonnant des insectes en train de copuler. Deux cercopes (Anthoscytina perpetua ou froghoppers en anglais) étaient en effet en plein accouplement quand un événement (une éruption ?) les a enlacé pour toujours. 
Les scientifiques à l'origine de la publication affirment que les fossiles d'insectes dans cette position sont rares et que dans le cas présent on peut conclure que la position d'accouplement  des "froghoppers" n'a pas évolué depuis 165 millions d'années.
Qui sont les cercopes ?  et là 




En savoir plus sur le fossile :
sur maxiscience en français mais pas terrible
et sur radio-canada un peu mieux



lundi 11 novembre 2013

L'actu du lundi : Fossile

Un très vieux fossile d'insectes a été découvert récemment. Ces derniers étaient très occupés.
Que faisaient-ils ? De quels insectes s'agit-il ? Où a-t-on retrouvé le fossile ?  Que nous apprend-il ?

Le moustique de Jurassic park

A vos claviers ! La réponse Mercredi comme d'habitude.

vendredi 8 novembre 2013

Comment éviter l'engueulade post-interview ?


La BD de UFF (tant qu'à piquer des images
sur internet faisons au moins
la promotion de leur propriétaire...)
Commencer chaque interview ou entretien en rappelant à son interlocuteur la base du journalisme ?

Proposition :

Les informations que vous allez partager avec moi sont susceptibles -1- d'être publiées -2- sous votre nom. Si vous ne souhaitez pas que ces informations soit -1- publiées -2- sous votre nom indiquez-le au cours de l'entretien. A la fin de l'entretien, les informations que vous avez partagées en indiquant qu'il s'agit de données confidentielles, de "OFF", resteront entre nous. Le reste des informations pourra faire l'objet d'une publication ou être partagé avec d'autres individus sans que je vous en avertisse.

Signez là s'il vous plait...

Ou comment éviter que votre interviewé vous tombe dessus après parution et vous reproche que telle information fut faite sur le ton de la confidence.

Quelle responsabilité du journaliste dans la détection des OFF-non-dits face à des interviewés peu familiers des règles journalistiques ?

EN BONUS le rapport de l'Observatoire de la déontologie de l'information.

jeudi 7 novembre 2013

A l'ESJ, chacun fait sa loi

Quand dès le premier mois d'école, vous avez déjà quatre professeurs qui se contredisent.
On nous avait prévenu de ne pas nous étonner si on entendait des sons de cloches différents en fonction des intervenants. Effectivement, chaque professeur fait du journalisme à sa façon.
C'est à qui met des guillemets à la place de l'italique ou de l'italique à la place des guillemets ; à qui réarrange les citations pour qu'elles sonnent bien dans le texte (sans trahir l'interviewé) ; à qui impose les [...] pour signaler une coupure dans la citation originale ; à qui aime les textes poétiques factuels ; à qui aime les textes poétiques littéraires ; à qui n'aime pas les textes poétiques ; etc.

Points communs. Je crois bien que tous détestent les adverbes. Tous affirment ne pas détenir l'unique façon de faire du journalisme. Tous nous encouragent à apprendre les règles puis à tester les nôtres.

Après on dira que les écoles ça formate... En tout cas, pas la faute des profs.

mercredi 6 novembre 2013

La réponse du mercredi : La mort

A quoi détermine-t-on la mort d'une personne ? Comment sait-on que quelqu'un est mort ?


Credit: jurasy via Shutterstock

D'abord on a défini la mort par l'arrêt cardiaque. Conception dépassé depuis longtemps : le cœur redémarre dans, en-dehors ou même dans un autre corps.

La mort cérébrale ? Les chercheurs ont bien du mal à la définir. Après un accident, le corps en état de mort cérébral mais sous respirateur guérit de ses blessures. Et quelquefois... le mort se réveille. Avec des capacités mentales parfois proche du néant, mais est-il pour autant mort ?

Bien qu'en mort cérébrale, le cerveau contient encore des cellules vivantes comme le reste du corps. Certaines de ces cellules (peau-os) restent actives des mois après un arrêt cardiaque. Elles se mettent en mode anaérobique et n'ont plus besoin d'oxygène.

Si on définit la mort de la personne par la mort de toutes les cellules du corps, que penser de la chenille ? La quasi totalité de ses cellules "se suicident" pour laisser place à son futur corps de papillon. En particulier les cellules de son cerveau...

Voici l'article de Dick Teresi qui m'a inspiré la question d'actu. Il fait le tour des interrogations sur l'instant de la mort. http://www.salon.com/2012/03/18/the_evolution_of_death/ Il est en anglais, mais l'effort est récompensé.

Vous pouvez aussi le lire en italien ici

Un article du nouvelObs qui parle du bouquin de Dick Teresi "The Undead"




lundi 4 novembre 2013

L'actu du lundi : La Mort

J'espère que vous avez bien fêté vos morts ce week-end ! Mais au fait, étaient-ils bien morts ? Comment le savez-vous ?

A quoi détermine-t-on la mort d'une personne ? Comment sait-on que quelqu'un est mort ?

Et cette momie, on est sûr sûr qu'elle est morte ?

La presse post Toussaint devrait vous aider à répondre à cette question. Moi, je vous livre la réponse mercredi à 8H !

mercredi 30 octobre 2013

La réponse du mercredi - volcan

Progression de la coulée vue par les webcams de l'INGV. Images : INGV

Quel volcan est entré en éruption ce week-end ? 
Oui bien sûr, il s'agit de l'Etna en Sicile (Italie) 

Quelles conséquences ? 
L'éruption n'a pas nécessité que l'on déplace les populations alentours. Par contre l'aéroport de Catane a été fermé quelques heures ainsi que l'espace aérien au-dessus de l'Italie.

Combien de litre de lave ?
Bonne question. 
La dernière éruption de l'Etna remonte à six mois mais si on parle d'éruption majeure, il faut alors remonter à 1992.

Pour en savoir plus :

lundi 28 octobre 2013

L'actu du lundi - Volcan

Quel volcan est entré en éruption ce week-end ? Quelles conséquences ? Combien de litre de lave ?

de la lave
Je rappelle le principe : vous mettez la réponse dans les commentaires. La meilleure d'entre-elles ne gagne rien pour l'instant. Mais bientôt, il y aura des petits lots.

La réponse mercredi

mercredi 23 octobre 2013

La réponse du mercredi - Le rat taupe

Qui est-il et pourquoi a-t-il fait le buzz ?

Crédit : Mint Images / Rex Featu/REX/SIPA
Ce curieux animal est un rat-taupe. Cet espèce ne développerait pas de cancer grâce à une substance qu'elle produit elle-même : l'acide hyaluronique. 

Allez voir là, le pourquoi docteur du Nouvel Obs
et la publication sur Nature

lundi 21 octobre 2013

L'actu du lundi - Qui est-ce ?

Un peu d'actu ... froide c'est vrai mais il est tellement mignon...

Qui est-il et pourquoi a-t-il fait le buzz ?

Crédit : Mint Images / Rex Featu/REX/SIPA

Je rappelle le principe : vous mettez la réponse dans les commentaires. La meilleure d'entre-elles ne gagne rien pour l'instant. Mais bientôt, il y aura des petits lots. Avant tout, je dois trouver une solution pour que n'importe qui puisse commenter et pas seulement les abonnés google.

La réponse mercredi à 8h.

Edit : ça y est tout le monde peut commenter donc plus d'excuse :-)

mercredi 16 octobre 2013

La réponse du mercredi - ASTEROIDE

Dernièrement, autour de quelle étoile a-t-on observé les débris d'un astéroïde composé à 26% d'eau ?
Quel intérêt comporte cette découverte ?


Crédits image : Mark A. Garlick, space-art.co.uk, University of Warwick and University of Cambridge
Cette étoile s'appelle GD 61. 
La présence d'un astéroïde contenant autant d'eau et composé de roche est une première dans un système planétaire différent du nôtre. Cela indique que le système de GD 61 a pu abriter des planètes similaires à la Terre. 
Aujourd'hui, GD 61 est au stade de naine blanche. Ce système stellaire est donc en fin de vie.

Plus d'infos :

lundi 14 octobre 2013

L'actu du lundi - ASTEROIDE

Dernièrement, autour de quelle étoile a-t-on observé les débris d'un astéroïde composé à 26% d'eau ?
Quel intérêt
 comporte cette découverte ?

Répondez dans les commentaires !
La réponse mercredi

mardi 8 octobre 2013

La revue dessinée



La revue dessinée c'est le nouveau trimestriel dont tous les médias parlent.

Analyse-minute : De l'info en BD, ça existe depuis longtemps mais là c'est un concentré, axé sur les enquête et la politique selon David Servenay, le journaliste de l'équipe.

Des rubriques plus courtes permettent de prendre sa respiration entre deux enquêtes.

Le plus, l'info passe plutôt bien, mieux que dans un long pavé de texte pour certaines thématiques (je pense à l'économie).

Par contre, l'info est limitée en quantité. La faute aux bulles et aux cases ? Du coup, on peut rester un peu sur sa faim ou avoir l'impression que l'info manque de complexité.

Un style un peu trop littéraire se retrouve dans certaines bulles donnant une tonalité peu naturelle aux dialogues.

Evidemment le style du dessinateur, incite ou non, selon les goûts et les couleurs, à la lecture.




Le Gorafi

"Depuis 1826, toute l'information de sources contradictoires"

Analyse-minute : Le site du Gorafi.fr c'est du n'importe quoi très bien écrit. Une satire qui fait marrer.

Qu'est-ce que le Gorafi selon ses auteurs ? Le Gorafi est un journal d’information généraliste créé en 1826 par Jean-René Buissière, après un désaccord avec la rédaction du Figaro de l’époque. Jean-René Buissière a voulu créer « Le Garofi » mais de petits soucis de dyslexie l’amenèrent à écrire « Gorafi ». Quand il réalisa son erreur, il était trop tard, les statuts du journal étaient déposés.

Causette

"Le magazine plus féminin du cerveau que du capiton"

L'analyse-minute : un mag qui mêle enjeux du féminisme, actualité, fait de société, culture et drôleries.
Un mag qui se lit pour se détendre ET pour apprendre.

Pour l'instant, aucune autre publication (à ma connaissance) ne s'est engagée dans ce filon. Je ne parle pas de Bridget puisqu'il ne s'agit que d'un pâle plagiat. Je n'arrive d'ailleurs pas à remettre la main sur le site internet du mag...


LE LOL JOURNALISME

Télérama publie cette semaine un article sur une nouvelle forme de journalisme : Le LOL journalisme

Extraits de l'analyse :

Le LOL (pour « laughing out loud », « rire aux éclats »), cet idiome né sur Internet, a ses terrains de jeu naturels en ligne, mais gagne aujourd'hui toute la sphère de l'information. En même temps qu'il est entré dans Le Petit Robert, le genre déborde sur la presse, essaime à la télévision. On tourne l'actualité en dérision, on invente de fausses infos, mais avec le souci de la vraisemblance, pour mieux la parodier. On connaissait le journalisme d'opinion ou d'investigation, on nous disait qu'il pouvait être debout, assis, couché… Assiste-t-on aujourd'hui à l'explosion du journalisme LOL ?
Peu importe, au fond : au-delà des joutes sémantiques et des querelles de chapelle, cette explosion du LOL soulève des questions essentielles sur la pratique journalistique et sa finalité : divertissement et information font-ils toujours bon ménage ? N'y a-t-il pas de risque à mettre toutes les infos au même niveau ? Guerre en Syrie et dernières frasques d'une Nabilla, même combat ?

Lire la suite sur Télérama

dimanche 8 septembre 2013

LE JOURNAL DES BONNES NOUVELLES


Tout va bien - Mana Neyestani

Le journal des bonnes nouvelles, un journal où l'on parle de tous les sujets d'actualité mais sous un angle positif. C'est possible ?


Régulièrement, je reçois mon oncle et ma tante à dîner. On en profite souvent pour refaire le monde autour d'un verre de vin rouge, blanc ou pétillant voire les trois. Le sujet du soir tombe. C'est mon oncle qui le lance  : "On va faire un journal avec que des bonnes nouvelles... le Journal des Bonnes Nouvelles".
Je reste un peu sceptique... La première idée qui me traverse l'esprit c'est le journal de Jean-Pierre Pernaud...

Du journal télévisé ou radio à la presse écrite, les informations sont majoritairement des mauvaises nouvelles : guerres, meurtres, vols, tempêtes, corruption, politiques inefficaces, droits bafoués...
Mais d'abord, est-ce la réalité ou retenons-nous plus facilement les mauvaises nouvelles que les bonnes ?
On se plaint tout le temps du journal télévisé qui démoralise et du pessimisme français... Réalité ou légende urbaine ?

vendredi 23 août 2013

CHANGEMENT DE FOND

crédit photo : Doisneau 
retour sur les bancs de l'école pour  moi
Suite à mon entrée à l'ESJ, la thématique de ce blog se transforme pour traiter des nouvelles formes de journalisme. Effectivement, l'ancien titre "sans école de journalisme, ça se passe comment ?" n'est plus vraiment adapté à ma nouvelle situation. J'ai finalement moi aussi rejoint une formation : la filière "journaliste et scientifique" à l'ESJ en un an (4000 euros).
But : me faire des contacts et tester de nouvelles formes de journalisme.

Cependant tous les articles déjà écris ici ne bougent pas et je continuerai très certainement encore à beaucoup parler des apprentis journalistes. 

Bientôt un petit concours pour fêter ça.


vendredi 19 avril 2013

Quelques infos et conseils pour les aspirants journalistes...

Voici les conseils d'orientation du site réussir ma vie. Je les ai trouvé plutôt futés ! 
  1. Assurez-vous une bonne formation qui vous offre à la fois une solide culture générale et d'autres débouchés que le journalisme : science po (qui a d'ailleurs sa propre école de journalisme), mais aussi une école de commerce voire d'ingénieur (bonne carte pour le journalisme scientifique), une école de management ou une spécialisation universitaire en finances, une formation aux technique s de communication... Méfiez-vous des études de lettres ou de langues à la fac aux débouchés restreints, sauf si vous envisagez éventuellement l'enseignement.